5 raisons pour lesquelles je n'ai pas d'enfants



En premier lieu, je tiens à préciser qu'au travers de cet article je ne suis pas en train de proclammer ce qu'il faut être et ne pas être, ce qui est bien et ce qui est mal.

J'explique simplement ma propre analyse. Je comprends totalement que nous, les femmes, soyons toutes uniques et avons des envies et points de vue différents sur la vie. Et j'en suis très heureuse, car cela crée de la diversité et montre que nous nous complétons les unes les autres. Et je suis surtout extrêmement reconnaissante que ma soeur soit née différente de moi, et ait 3 enfants extra-ordinaires que j'adore. Voilà, juste un petit message pour dire qu'il ne s'agit pas de moi vs les mamans.

Au cours de ma vie d'adulte qui a démarré il y a environ 20 ans, j'ai souvent entendu les remarques suivantes:

"mais si tu n'as pas d'enfants qui va s'occuper de toi quand tu seras vieille?" "mais quel est le sens de la vie si tu n'as pas d'enfants?" "t'es jeune, tu changeras d'avis!" (moi: j'ai 36 ans en fait...) "c'est tellement égoÏste!" "donc tu n'auras pas d'héritier?... mais dans ce cas à quoi ça sert tout ce que tu fais?" "tu ne veux pas laisser une trace de toi sur Terre?" "ah oui, tu ne veux pas abimer ton corps quoi"

Je pense que je pourrais monter un sketch à se tordre de rire avec tout ce que j'ai entendu! Ou une série dramatique... parce que franchement c'est vraiment triste.

"Petits" faits historiques:


En France en 1967, la loi Neuwirth légalise la pilule contraceptive. Il faudra attendre 1972 pour que les femmes non mariées y aient accès légalement aux USA. Les femmes mariées y ont eu accès dès 1965 dans les 50 Etats.

En 1975, Simone Veil légalise l'avortement. Victoire! Plus besoin des Faiseuses d'Anges et de leurs aiguilles à tricoter ou potions magiques, qui étaient alors les seules solutions offertes aux femmes pour mettre fin à une grossesse indésirée.

Dès 1889 la loi commence à pencher en faveur de la protection des enfants, jusqu'à son grand final en 1959 avec la création de la Déclaration des Droits de L'Enfant. Les enfants n'étant alors plus de la main d'oeuvre bon marché et des victimes sans droits, les décisions politiques en faveur de la limitation des naissances réclamées depuis des décennies par de nombreux médecins et activistes, sont enfin prises. A quoi bon avoir tous ces enfants s'ils ne ramènent pas d'argent!

Etant française et née en 1982, je me sens chanceuse d'avoir le choix de mon statut marital et le choix de ne pas avoir d'enfants si je le désire. Car malheureusement, aujourd'hui encore beaucoup de femmes dans le monde n'ont toujours pas ces choix à leur disposition...

Mais, au-delà de ces faits anecdotiques, historiques et légaux, voici les 5 principales raisons qui expliquent pourquoi je n'ai pas d'enfants:

1- J'aime mon indépendance

Je pense que c'est LA raison principale. Le plaisir d'être libre.

Libre d'aller où je le désire sans me vérifier si tout le monde est d'accord ou bien si c'est autorisé aux enfants. Libre de choisir une activité professionnelle sans être influencée par la "sécurité de l'emploi" ou la praticité des horaires.

Libre d'habiter où je le souhaite sans me demander si je ne déracine pas mes enfants où si le quartier a de bonnes écoles. Libre de moduler mes jours de repos comme bon me semble sans me dire qu'il faut amener les enfants à leurs activités ou tout simplement leur faire à manger.

Je trouve que la vie en elle-même m'apporte déjà suffisamment de contraintes pour ne pas avoir envie d'en rajouter. Le plaisir d'être libre, le plaisir de l'insouciance. Bon heu... l'insouciance, on se comprend hein! On se fait toujours un minimum de soucis pour soi, pour sa famille, son travail, ses finances, son couple, sa santé, ses projets, etc...


Parce qu'il est clair qu'en tant que maman, ta liberté s'arrête aux besoins de ton enfant.



2- Je veux une vie mentale la plus paisible possible

Je vois autour de moi, qu'être parent, c'est clairement tout sauf avoir l'esprit tranquille.

Et je vois donc venir au grand galop les: "J'aurais pas dû dire ça" "Et si j'avais plutôt fait cela" "Si j'avais su j'aurais fait comme ci", etc.. etc... Tu sais, ce truc de douter de soi, de se dire qu'on aurait dû faire autrement et se culpabiliser.

Je n'ai pas vraiment envie de me faire du

soucis toute ma vie avec des "elle est en retard, pourvu que tout aille bien" "C'est bizarre normalement il me texte quand il arrive" "J'vais vérifier si elle respire" (pendant qu'elle dort).... Et puis, il y a les cris et les pleurs.... Ca, c'est un truc de dingue qui fait carrément péter les plombs à tout le monde, c'est clair! Et ça ne dure pas que quelques mois, oohh non ma p'tite dame! Sérieusement, quand il y a un enfant dans le train qui chouine, crit, pleure... Non mais au secours! Mais, quand ça arrive tous les jours pendant au moins 3 ans.. heu bah là aussi: non merci!

Et les conflits! Genre, à l'adoloescence et à l'âge adulte tu sais quand ton enfant devient un extra terrestre et qu'il te repproche (rappelle) tous les trucs nazes que t'as fait au cours des dernières années (alors que t'essayais juste de faire du mieux que tu pouvais).. Oui voilà, ça aussi, bah... non merci! Et puis il y a la zone sombre... LA ZONE qui m'inquiète le plus car je ne sais pas ce qui peut se passer: Vais-je être jalouse de la relation de mon enfant avec son père? Cet enfant va-t-il me décevoir lorsqu'il prendra des décisions? Serai-je à la hauteur? Vais-je le décevoir? Vais-je être violente ? Vais-je lui causer des maux irréversibles? Et s'il lui arrive un accident? Et si mon enfant meurt?.... Donc là aussi, vois-tu, je m'suis dit "non, en fait, ça va aller comme ça". Sérieusement, la vie sans les enfants nous apporte déjà son lot de tortures mentales, alors bah... non merci!


Pourquoi me rajouter des soucis et prendre de tels risques de foutre ma vie en l'air?!

3 - Je tiens à ma liberté financière


A vrai dire, je pense que nous tenons tous à cela! Personnellement, j'ai un peu galéré

niveau thunes jusqu'à mes 30 ans et je profite vraiment depuis 6 années.

Donc, tu vois, je viens tout juste de découvrir un plaisir de la vie, le plaisir d'être à l'aise financièrement, de prendre soin de moi genre soins au SPA, les vacances avec tous les extras, l'appart' qui va bien, les restos gastro, les produits de beauté haut de gamme, un piano Yamaha, faire mes courses sans compter,... Et ça, mon ami, je ne veux pas le voir disparaitre!

Non mais sérieusement, je vois comme il est difficile d'atteindre un niveau de vie décent et confortable, juste pour soi. Tu sais, une vie où tu kiffes un minimum, sans te restreindre de tous les côtés. Alors, rajouter à cela un enfant!? ... Non merci. La vie nous apporte déjà son lot d'épreuves et de sacrifices à faire, donc, je vais continuer à m'occuper de moi du mieux que j'peux!

4- Je ne veux pas d'une telle responsabilité sur la conscience

Bon, là les amis, on arrête les blagues! C'est clair que d'avoir un enfant ça change tout! Et je ne me sens pas du tout l'envie de devenir responsable d'un être vivant.

D'être responsable de son éducation, de lui apporter des valeurs (les bonnes si possible hein!), d'en faire quelqu'un de bon, de le maintenir en vie et en bonne santé, de m'en occuper toute ma vie, de lui apporter tout ce dont il aura besoin, d'être un exemple, etc.. etc... pfff.. juste d'avoir énuméré tout ça, ça m'a épuisé! Etant donné l'exigence que j'ai pour moi-même, c'est clair que j'aurai beaucoup de mal avec le concept de "je ferai au mieux" avec l'être qui sera alors le plus important de ma vie. Quelle pression !!! Trop pour moi... Non merci, haha!


Je n'ai pas envie de m'infliger du stress, de l'auto-déception et de la frustration.


5- Je n'en ressens tout simplement pas l'envie

Ecoute, si ça n'est pas la plus simple des explications. Non mais c'est vrai, sérieusement, quand tu y penses, il n'y a rien d'autre à ajouter! Haha!

Mais, si j'insiste à ajouter ce point dans cet article, c'est parce que je pense que certaines femmes décident de ne pas avoir d'enfants alors qu'elles en ressentent le désir. Sans doute se raisonnent-elles et se disent " Je ne veux pas élever mon enfant dans ce monde violent" ou bien "je n'aurai jamais assez d'argent pour lui offrir la vie qu'il mérite" ou bien "je suis trop vieille" ou "je rêve d'une famille unie pour mon enfant mais je ne reste jamais plus de 5 ans avec mes partenaires" etc, etc..


Je sais que beaucoup de femmes sont épanouies sans enfants. Je le suis. Notre mission n'est pas de se reproduire à tout prix, mais d'être heureux avec ou sans enfants. D'être bons les uns envers les autres, envers la planète et les animaux. Pour ma part, ma psychogénéalogie* (oulala Isa l'intello!) me permet de prendre conscience qu'être mère n'est pas fait pour moi. Et je suis convaincue que devenir parent ou ne pas le devenir, c'est simplement être lucide sur ses désirs les plus profonds et ses capacités.

Je pense que si davantage de personnes se posaient davantage de questions avant de faire des enfants, prenaient en compte leur état psychologique, émotionnel, financier, matériel... eh bien il y aurait sans doute plus de bonheur en ce monde, moins de violence familiale, moins d'enfants malheureux, moins d'humains misérables et moins de vies gâchées.


Il est vrai qu'aussi, j'ai beaucoup de chance d'avoir une mère incroyablement cultivée, intelligente et bienveillante (et contemporaine). Mais aussi une famille aimante qui comprend et respecte le fait que je ne ressente pas l'envie d'avoir un enfant. Sur les quatre frères et soeurs que nous sommes, ma soeur, de dix sept mois mon aînée, est d'ailleurs la seule à avoir des enfants...

Merci maman pour m'avoir appris l'importance d'écouter mes besoins fondamentaux.

* Chantal Rialland est psychothérapeute et une des fondatrices

de la psychogénéalogie. "Cette famille qui vit en nous", est un des nombreux livres de Chantal sur le sujet et est un excellent moyen de découvrir cette pratique. Lis en plus ici

Envie de me dire quelque chose?

© 2023 by C'est par là! Proudly created with Wix.com